La tumblrisation du gif d’animé

Mes études me montent à la tête. Et il se trouve que je suis abreuvé depuis maintenant huit mois de concepts aussi abscons que l’indexation, le catalogage, les pavés ISBD, les normes AFNOR Z44-050 ou 082 et autres joyeusetés documentaires.
Quand les notions de recherche et d’évaluation de l’information accompagnent le quotidien, que la bibliographie n’est plus un vague impératif à bâcler rapidement avant de rendre un quelconque rapport, mais devient un sujet potentiel d’écrit de concours, on en viendrait presque à oublier que le reste du monde s’en moque royalement1.

Récapitulons : je suis sur une plateforme de vidéos en streaming, en train d’écouter une chanson – la très chouette Hotel Alien de BRADIO, pour être précis –, à l’issue de laquelle, en voulant déplacer mon curseur, je clique accidentellement sur une vignette de suggestion – ce qui n’est pas si rare quand on doit utiliser cet instrument du diable qu’est le touchpad –, et me voici devant une quelconque chanson à laquelle je prête bien moins attention qu’à la vidéo d’illustration, courte séquence d’un animé que je n’identifie pas2, mais qui stylistiquement semble dater des années 1990. Rien de bien étonnant à cela, depuis qu’une chaîne YouTube de musique en diffusion continue a rendu célèbre un gif3 animé de Si tu tends l’oreille, le gif stylisé est devenu une façon in de mettre en image un flux musical.

L’image incriminée. — Aa! Megami-sama!, ép. 2 (1993)

« Qu’à cela ne tienne, me dis-je, je m’en vais regarder dans la description de la vidéo pour pouvoir mettre un titre sur cette image. » Évidemment, tout cela serait trop simple. Le point positif ? Le youtubeur a fait un bel effort : il a effectivement indiqué une source. Le point négatif ? Il s’agit d’un simple lien vers un tumblr. Pas vers cette image sur le tumblr en question. Non, juste vers la « page d’accueil ». La première activité amusante a donc été de le parcourir page par page pour tenter de retrouver l’image. Après, je serais bien ingrat de me plaindre puisque j’ai pu faire quelques belles trouvailles en remontant le fil.

Les tumblr sont remplis de ces « aesthetic anime girls » et autres appellations similaires pour désigner des images issues d’animés des années 1980 et 1990. Et il faut leur reconnaître un certain charme. — Bubblegum Crisis, ép. 4 (1988).

50 pages plus loin, me voilà devant l’image, mais, enfer, elle n’est pas créditée. Ma surprise est totale (non). Un premier test à l’aide du pourtant pratique outil de recherche inversée What Anime me fait comprendre une de ses limites : sa base de données semble limitée à des animés plutôt récent ou mainstream et à plus de mal avec les OVA de la fin du siècle passé.
L’étape suivante consiste alors à utiliser tout simplement la recherche inversée de Google – la base, me direz-vous – et là, c’est le drame. Des dizaines et des dizaines de résultats qui renvoient vers autant de tumblr qui ont partagé l’image, sans jamais la sourcer. Et voici donc que les « anime 90s » et autres « aesthetic anime » se multiplient, mais la plupart du temps, pas un seul résultat qui semble pointer vers l’information tant cherchée.

La détresse du passionnée de recherche devant l’impossibilité de trouver une information [Allégorie]. — Mahou no Stage Fancy Lala, ép. 14 (1998)

En soi, je trouve ça assez triste. Au-delà de toute déformation professionnelle induite par mon environnement actuel4, c’est plus au niveau de ce que cela dit de la consommation de ces images que quelque chose me chagrine.
Je peux tout à fait concevoir qu’un gif un peu rigolo qui sera utilisé par certains comme moyen de réagir – comme d’autres utiliseraient des emoji5 – puisse être posté dans le feu de l’action sans que la personne s’amuse à en préciser la provenance : ici le message est le contenu de l’image et pas sa provenance et en fin de compte, que le personnage provienne de telle ou telle série est nettement plus anecdotique que le fait qu’il ait l’air de s’ennuyer profondément.
Mais avec ces gifs esthétiques, la question me paraît être autre. Déjà, on ne les dégaine pas pour réagir. Au contraire, on les expose sur une page tumblr, dans un ensemble – plus ou moins – cohérent, poussant même souvent jusqu’à utiliser un format de galerie d’images, pour pousser un peu plus loin la métaphore muséographique. L’objectif affiché dès les titres de sites et dans les tags est, a priori, de donner à voir de belles choses. Ici, c’est donc l’image dans son ensemble, et plus le message qu’elle véhicule, qui importe.

Chercher la source, un exercice pas si facile. — Tenamon’ya Voyagers, ép. 1 (1999)

À partir de là, je ne comprends pas cette absence totale de source qui pourrait pourtant (1) renseigner les personnes touchée par la beauté de l’image sur son origine ; (2) amener des curieux à découvrir l’œuvre originale ; (3) permettre d’identifier facilement certaines œuvres très présentes sur ces tumblr comme des animés particulièrement esthétique6 ; et enfin (4) tout simplement créditer une belle œuvre, ce qui se fait, surtout lorsque l’on se pose dans une posture de « musée » virtuel.
Par ailleurs, si l’objectif de la démarche est non pas de mettre en avant les images sélectionnées, mais de se mettre en avant soi-même, en sa qualité d’esthète, alors peut-être qu’effectuer ce petit travail supplémentaire d’indexation pourrait permettre au « commissaire d’exposition » de se détacher du lot, en proposant quelque chose de plus, c’est-à-dire de l’information.

Pendant ce temps, une célébrité du gif d’animé est condamnée à travailler jour après jour et à n’être payée qu’en visibilité. — Si tu tends l’oreille (1995)

Alors est-ce bien surprenant que personne ne s’y amuse ? Non, bien sûr. Peut-être même que je suis médisant et que la première personne a avoir posté le gif, plus zélée que les autres, a fait cet effort initial de sourcer l’image. Et peut que ce post à été supprimé depuis, mais que l’image continue d’être partagée par rebonds de tumblr. Et quand on voit qu’il peut être compliqué de trouver l’information même en ayant très envie de la chercher, difficile d’imaginer une personne qui, en un clic, partage une image qui lui plaît être prête à abandonner sa navigation le temps de se lancer dans des fouilles archéologiques7.

Image rare d’une archéologue utilisant du matériel d’époque pour consulter le précédent article de ce blog. — Black Magic M-66 (1987)

Néanmoins, pour ceux d’entre vous qui ont lu ce fastidieux exercice jusqu’ici, je vais finir sur une note positive, puisque j’ai fini par trouver une solution – que j’avais sous le nez depuis le début –, à mon problème d’identification. Dans l’indispensable Image Search Option disponible sous forme d’extension sur la plupart des navigateurs et qui permet de faire facilement des recherches inversées, il y a un outil intitulé SauceNao. Et j’ai longtemps pensé que cet outil, permettant de retrouver le compte Pixiv d’origine d’une illustration, était limité à cela. Hors en testant au hasard, j’ai pu constater qu’il fonctionne aussi avec la base de données d’AniDB et est capable – par un mystérieux truchement qui relève pour moi de la magie algorithmique –, d’identifier la plupart des gifs d’animés et ce d’une manière extrêmement précise qui inclue à la fois le titre de l’animé, l’épisode et le timecode d’origine8. Et ça, ça simplifie quand même sacrément la vie quand What Anime reste muet et incapable de retrouver la provenance d’une image.

La morale de cette histoire ?

D’un point de vue « professionnel », on peut constater que la pratique de l’indexation collaborative (par le biais de hashtags, par exemple) montre des limites quand on en oublie de mentionner jusqu’au nom de l’œuvre.
D’un point de vue plus général, c’est une façon pour moi de rappeler au jovial lecteur adepte du microblogging et des réseaux sociaux, que l’existence d’outils pour identifier la provenance d’un screenshot ou d’un gif d’animé ne doit pas être une raison valable de ne pas en mentionner la source, de la même manière qu’il est de bon ton de créditer l’auteur d’une illustration que l’on partage. D’autant plus qu’avec ces outils, vous avez toutes les clés en mains pour faciliter la vie de vos followers en identifiant vous-même la source des images que vous partagez, leur évitant ainsi le pénible effort d’avoir à le faire eux-mêmes.

Le désarroi spiritique dans lequel cette histoire m’a laissé [Allégorie]. — Inuyasha, ED1 (2000)


P.-S. :
J’ai conscience que tumblr n’a plus le vent en poupe depuis un bon moment, mais ça n’efface en rien le problème du bruit généré par la multiplication d’une même image – jamais sourcée – lors d’une tentative de recherche inversée auquel je me suis heurté dans l’expérience relatée.


1. Et loin de moi l’idée de lui jeter la pierre. Qui a décemment envie de se frotter à la norme ISO-690 ?

2.
J’en suis honteux et confus, mais mes connaissances en la matière sont largement lacunaires.

3.
Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je dis « jif », vous êtes donc invité à lire de cette manière chaque itération de ce mot tout au long de ce billet.

4.
Et en évacuant toute considération relative au droit d’auteur, sur lequel je me suis aussi confortablement assis ces dernières années de vie associative, car non, sourcer une image n’est pas une raison suffisante pour l’utiliser sans autorisation sur une affiche, même à tirage très limité et sans but lucratif.

5.
Mais honnêtement, qui aurait raisonnablement envie d’utiliser ces vilaines frimousses quand il peut spammer les gifs rigolo ?

6.
On constate par exemple une forte présence de gifs du téléfilm Umi ga Kikoeru, dont je reconnais sans peine le plaisir visuel que me procure son savant mélange entre le style de Ghibli et l’esthétique des animés du début des années 90.

7.
Ce qui pose quand même question sur cette pratique et le rapport à cette image.

8.
Vous constaterez que je n’ai pas poussé le vice jusqu’à indiquer dans mes légendes le moment précis d’apparition de l’image dans l’œuvre.

Une réflexion sur “La tumblrisation du gif d’animé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s